mardi 12 novembre 2013

Angkor, Naissance d’un mythe…


1er séjour en Indochine du Papy, octobre 1949

Le Cambodge, l’Indochine, les temples Khmers… Dans la famille, on a toujours eut une certaine affinité avec ces coins-là, mon Papy ayant fait la guerre d’Indochine puis ayant séjourné au Cambodge à partir de 67 (honte à moi, je ne sais plus combien de temps), toujours en qualité de militaire, avec femme et enfants.  A Paris ensuite, leur appartement regorgeait de bibelots asiatiques, que ce soit les tableaux, les meubles ou les bijoux… On m’a même sorti que mon père avait les yeux bridés. Là, faut peut être pas pousser !

Le musée Guimet
photo : http://www.flowersway.com


Du coup, quand on a vu que le musée Guimet faisait une exposition sur Angkor et l’art Khmer, papa était ravi à l’idée de revoir toutes ces statues, ces bas reliefs, cette architecture qui avait bercé sa jeunesse.
Alors un petit conseil entre loutres, le musée ouvre à 10H… Soyez-y à l’ouverture. Autant à l’époque de la découverte de cet art au XIXème, personne n’en avait rien à faire, autant maintenant tout le monde y court. Et gardez jalousement votre billet, on vous le demande au moins 4 ou 5 fois (avec cette fichue carte étudiante, je me demande comment j’ai fais pour pas la perdre à force de la ranger et de la sortir) !
Atelier Georges Pénabert, Portrait de Louis Delaporte
Vers 1875, pastel sur papier
Grosso modo, l’exposition raconte comment l’art Khmer s’est fait connaître en France et en Europe, à partir de 1866. S’il y avait déjà eut quelques expéditions avant, c’est vraiment Louis Delaporte qui va se faire porte parole des bas reliefs surchargés de l’Asie du Sud Est… L’expédition a d’abord pour but de tester la navigabilité du Mékong (officieusement, d’asseoir la suprématie de la France dans ces régions, un peu en mode « on en a une grosse »). Delaporte, fils de bonne famille ayant choisi d’explorer le monde malgré son mal de mer persistant, a été choisi pour son coup de crayon. Et je dois dire que l’un des trucs qui m’a le plus intéressée dans cette exposition, ce sont bien les immenses aquarelles (rehaussées d’encres et de gouache) qui représentent ces temples abandonnés dans une luxuriante jungle. 
 
Louis Delaporte et Henri Devérin
Vue idéale du Bayon depuis l'est (détail)

La mort de l’explorateur en charge de l’expédition en 1868, Doudart de Lagrée, met fin au périple, mais Delaporte s’est déjà juré de faire connaître cet art pour lequel il a un immense coup de cœur au monde entier. Son rêve est de voir les bas reliefs des temples Khmers cohabiter avec les statues Grecs et Romaines au Musée du Louvres. Ce sera dur, lui et cet art exotique seront parfois méprisés, mais après quelques séjours discrets dans des Musées comme le Trocadéro ou le château de Compiègne, et des évènements comme l’exposition universelle de 1878, il aura son Musée des arts Khmers (il me semble qu’il s’agit du futur musée Guimet mais je ne suis pas sûre), dont il sera le conservateur jusqu’à sa mort en 1925. 

Moulage du linteau est de l'antarala du temple de Thommanon

De ces 3 séjours, il a ramené de nombreuses moulures des bas reliefs (dont la plupart finiront malheureusement entassées n’importe comment dans les bas fonds de certains musées après avoir été temporairement exposées. Une opération, en été 2012, a été montée pour les restaurer), des statues de dieux, d’animaux, de danseuses (beaucoup sont exposées au Musée Guimet en temps normal), des plans de temple et de magnifiques dessins. Ces derniers sont souvent un peu fantasmés, avec des tigres se baladant dans un décor exotique féerique… Mais ils sont d’une justesse et d’une finesse stupéfiante. Je doute très sincèrement d’avoir la moitié de sa patience… Surtout que ce sont souvent des édifices bien symétriques : je me suis demandée si par hasard il trichait pas avec des calques… Mais non, non, il y a bien de légères différences, comme par exemple les ombrages. J’avoue, je l’ai peut être un peu insulté…   
 
Louis Delaporte et Henri Devérin,
Vue idéale, en coupe, d'un pavillon d'angle du temple du Bayon

 Les bas reliefs sont vraiment superbes (et je me demande vraiment comment on fait un moulage de ces trucs), mais j’avoue qu’après en avoir vu 5 ou 6, je les ais trouvés un peu répétitifs. J’avais déjà cette sensation lorsqu’on venait avec l’école pour faire du dessin d’observation, j’ai toujours trouvé que toutes ces têtes souriant imperturbablement étaient les mêmes.

Moulage d'une section du bas-relief de la "bataille de Lanka"
Evidemment, en vrai, les bas reliefs ne sont pas tous les mêmes… certains représentent les divinités, d’autres la nature avec de drôles de volutes caractéristiques, des danseuses,… C’est aussi impressionnant de voir un semblant de reproduction d’une des tours du Bayon, le temple central d’Angkor si je ne me trompe pas, trônant au milieu de la salle principale. Il y a aussi quelques maquettes de temples, c’était assez intéressant d’avoir papa à côté qui racontait à quoi ça ressemblait quand lui y avait été (sa voix de stentor accompagnant agréablement la visite d’à peu près chaque visiteur dans un rayon de 2 kilomètres). 


Partie supérieure de la restitution de la tour à visages du Bayon

C’était une exposition vraiment énorme, avec de nombreuses salles au rez-de-jardin racontant donc toute l’aventure de Louis Delaporte et de ses successeurs qui ont bataillés pour faire connaître cet art, le transporter en France, organiser des Exposition temporaires avec des reconstitutions énormes de tours (parfois assez fantaisistes) puis les restaurer… Puis avec les salles du rez-de-chaussée, exposant il me semble les statues habituelles (j’ai cru en retrouver quelques unes que j’avais dessinées, mais vu qu’elles se ressemblent toutes…). Certaines sont très belles, comme les lions stylisés, mais j’avoue que je ne vois pas des masses l’intérêt d’exposer des statues sans bras ni tête, à peine une robe avec des pieds, et sans aucune ornementations.    


 Je n’ai fais que résumer cette exposition avec mes mots et mes impressions à moi, il y a tout un tas d’autres trucs dont j’aurais pu vous parler… Mais voilà, c’est vraiment immense avec des trucs à voir partout, dans tous les coins, il faut bien 2 bonnes heures pour en venir à bout, en prenant son temps et sans lire toutes les petites étiquettes. L’exposition dure jusqu’en janvier, allez-y ! Puis moyennant finance, je peux certainement vous prêter mon Guide Personnel (alias Papounet), qui en général désespère les guides parce qu’il en sait plus qu’eux.

Pour finir, je vous recommande chaudement le restaurant du Musée qui propose des plats asiatiques vraiment délicieux. La boutique possède également beaucoup de jolies choses, j’aurais bien tout acheté (vu le prix du fameux Gros Bouquin, je me suis contentée d’un magazine qui résume très bien l’exposition, avec un beau papier qui sent bon, brillant, de belles images…). On peut y trouver en DVD une émission d’Arté qui parle très bien de l’exposition, avec sous titres pour sourds et malentendants.  
 
Façade de l'immeuble signée Lavirotte, style Art Nouveau

Le coin est vraiment très intéressant, puisqu’on retrouve pas très loin le Trocadéro avec les Musées de l’Homme, de la Marine et de l’Architecture. On trouve également le Musée de la mode, le Palais de Tokyo... Un peu plus loin, le Musée du Quai Branly et, bien sûr, est il besoin de le préciser, la Tour Eiffel. D’un point de vu musical, il y a aussi le TCE (à prononcer d’un ton snob, qui signifie que vous appartenez à l’élite qui sait que ça veut tout bonnement dire « Le Théâtre des Champs-Elysées ») et le théâtre Audyar dont la façade vaut vraiment le détour. En y allant d’ailleurs, on passe devant un très beau bâtiment signé Lavirotte, de style Art Nouveau, et devant toute une flopée de façades Haussmaniennes, ça fait toujours son petit effet. Donc voilà, c’est vraiment chouette d’aller y flâner, la truffe au vent, un 11 novembre.  

Une loutre croisée sur les murs, juste à côté du musée de la Mode :P
(non, j'ai décidé que ce n'était ni un furet, ni une belette, merci)
 Des bisous !


4 commentaires:

  1. Wouhhhhhhhhhhh, il est fameux ton article, vivant et bien narré !
    Pa appréciera et papy aurait adoré !!

    (NB : Adyar)

    RépondreSupprimer
  2. Sûr que Papy et Mamie auraient bien apprécié ton article (à part quelques petites fautes ! :D). C'est très sympathique et bien vivant !

    RépondreSupprimer
  3. Merci, merci ! J'ai beau me relire, huhu, il reste des coquilles... Et vu que Blogger bug, je peux même pas éditer mes articles x)

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup ta description de cette exposition. J'ai été toujours fascinée par toutes ces sculptures, je me demande comment cela peut être réalisé... Un art bien perdu il me semble. C'est rare de revoir des choses aussi précises de notre temps ! (fait à la main bien évidemment...)

    Peut être que j'irais à l'exposition :)

    K.

    RépondreSupprimer